Travailler avec les enfants, pourquoi ?

Pour ce premier article, j’ai envie de vous parler de mon travail. Du plaisir et de l’épanouissement que je ressens tous les jours face à ces petits bouts, ces visages d’amour. Cela fait bientôt deux ans que je travaille en crèche, et pour rien au monde je ne changerai de métier.
Bien évidemment, nous sommes loin du monde des bisounours et ce n’est pas tous les jours facile. Il y a le manque de personnel, les parents souvent très exigeants ou qui ne respectent pas toujours les règles, les conflits entre enfants à gérer, le travail en équipe qui n’est pas toujours évident, la patience qui nous quitte souvent et la fatigue qui nous submerge.

Mais il y a aussi les éclats de rires, les paillettes au creux de leurs pupilles, les anecdotes toutes aussi drôles et mignonnes les unes que les autres, les moments de bonheur simple, le partage, les câlins dès le matin, les pleurs parfois pour partir le soir, les activités et les découvertes qu’on leur propose et surtout les sentiments qui se créent.

Alors, à travers cet article, j’ai envie de vous partager quelques moments de bonheur.
Quand l’innocence est encore à son apogée et qu’il regarde un petit garçon de couleur noir en disant « oh, on dirait du chocolat ! » ou qu’elle dit tous les soirs à sa mère « je l’aime parce qu’il est noir ».
Quand la gentillesse fait partie intégrante de leur âme « Tiens ma belle », « t’as des belles oreilles »
Quand la vérité sort de la bouche des enfants, pour le plus grand malheur des parents « papa il ne fait rien à part sortir les poubelles », « c’est les mesdames qui font les courses », « papa il a fait pipi dans l’herbe », « c’est ancien comme papy et mamie ! »
Quand les rires sont impossibles à contrôler « caresse-moi les pieds », « on est en rendez-vous toilettes », « nom d’un caramel mou ! », « je vais te lire une histoire pour que tu te déshabilles ».

Sans titre 2 (2)

Et puis tous les autres moments du quotidien, quand leurs yeux tout curieux se lèvent vers toi après une première activité patouille, quand ils courent dans tes bras à ton arrivée, quand tu vois leur premier pas, quand ils disent ton prénom pour la première fois, quand il arrive un matin en te disant qu’il n’a plus de couche, quand il apprend à manger seul, quand il s’endort en serrant ta main, quand il n’y a que ta présence qui la comble, quand ils te montrent que tu es importante pour eux, qu’ils t’aiment beaucoup et, surtout, quand tu te sens utile et que tu as le sourire aux lèvres en pensant à ton métier.

Alors, pour conclure, oui nous sommes professionnelles et nous ne sommes pas censés nous attacher. Mais on sait toutes que ce n’est pas possible. Comment ne pas fondre devant son sourire d’ange ? Comment ne pas rire face aux réflexions spontanées ? Comment ne pas aimer cette petite qui s’est véritablement, incroyablement, indéniablement attachée à toi ? Comment ne rien ressentir face à leurs sentiments et leur tendresse ?
Nous sommes des humains avant d’être des professionnelles, et nous savons pertinemment que nous verserons notre larme pour leur dernier jour de crèche. Parce que, non, nous ne faisons pas rien de nos journées, nous ne nous amusons pas sur un tapis jusqu’au soir, nous ne nous contentons pas de surveiller ces petits.

Nous participons à leur quotidien, nous les aidons à grandir et nous les accompagnons dans leurs premières années de vie.

Et vous, quel est votre métier/vos études ? Des retours sur l’article ?

Publicités

22 réflexions sur “Travailler avec les enfants, pourquoi ?

  1. blogladyzorro dit :

    Hello ma belle!

    Merci pour cet article!

    C’est très rassurant de savoir que des femmes peuvent être aussi humaines et généreuses envers nos enfants! Vous prenez soin d eux, les éduquer, leur apprennez de belles valeurs et pour ça chapeau!

    Sache que j’ai eu beaucoup de mal avant de mettre ma fille en occasionnel. La séparation a été très compliqué du fait que j’ai allaité jusqu’à deux ans et demi lol. Mais les assistantes maternelles ont été très gentilles et compréhensives envers ma fille et moi…depuis j’ai totalement confiance en la crèche!

    Xx
    Sarah
    http://ladyzorro.fr

    Aimé par 1 personne

  2. Serena dit :

    Coucou,
    Difficile de ne pas s’attacher, je m’attache aussi forcément un peu, je suis prof^^ Et j’adore le contact avec les enfants, c’est tellement mignon et enrichissant 🙂
    Bisous à toi et bravo pour ce joli billet !

    Aimé par 1 personne

  3. Laura dit :

    Hello !
    Article magnifique^^
    Personnellement je passe l’oral d’entrée pour devenir éducatrice de jeune enfant. Ton article m’a vraiment ému et m’a rappelé des souvenirs magnifiques. Merci beaucoup pour cet article qui est réaliste, honnête et émouvant!

    Aimé par 1 personne

  4. maly dit :

    Quel dommage de ne parler qu’au féminin pour ce métier de la petite enfance !

    J’ajouterais : nous sommes des professionnels-elles de l’humain, des professionnels-lles de l’amour. Par conséquent, nous devons nous attacher aux enfants mais de manière professionnelle c’est-à-dire avec empathie et bienveillance.

    Un professionnel de la Petite Enfance

    J'aime

    • Chloé dit :

      Bien sûr qu’il y a aussi des hommes et je ne les oublient pas ! J’ai parlé au féminin parce que je parlais exclusivement de notre équipe et que nous ne sommes que des femmes.
      Et oui, mais la barrière entre attachement professionnelle et attachement personnelle est bien minime.
      Merci pour ce commentaire

      J'aime

  5. Manayiiin dit :

    Très bel article… j’ai une amie qui souhaite travailler en crèche (et est en bonne voie), et je la retrouve un peu quand je lis ton article ; sur ses retours après un stage en crèche ! J’ai beau ne pas travailler dans cette branche, je crois comprendre ce que vous y trouvez… et je ne vois pas comment on peut penser que vous ne faites rien de votre journée ?! Au contraire, vous faites énormément pour les enfants !

    Aimé par 1 personne

  6. Yael dit :

    J’ai longtemps travaillé avec des adolescents (collège et lycée) et deux ans avec des enfants en école (notamment en assistante / bibliothèque). Et c’était en effet très enrichissant. Je pensais que je ne serais pas à l’aise, que je ne « saurais pas faire », et ça a été tout l’inverse, j’avais rapidement trouvé mes marques, et de l’épanouissement. Ton bonheur dans ton travail se ressent et ça fait plaisir 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s